Suis ta destiné dans le Triangle d'Or et la ville-joyau : Pierre-étoile !
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire

Aller en bas 
AuteurMessage
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Histoire   Dim 27 Déc - 22:12

L'Histoire

De la Genèse première à aujourd'hui, on distingue trois grandes ères. L'Ère des Dieux, l'Ère des Héros et l'Ère du renouveau.

1 : L'Ère des Dieux

1.0 : La création
1.1 : La prospérité
1.2 : La grande guerre
13 : La guerre démoniaque et la dernière aurore

2 : L'Ère des Héros, l'âge obscur

2.1 : Les Royaumes oubliés ou la chute d'une nation
2.2 : Ylfanel le tueur de dragon
2.3 : La famille Saesne.

3 : L'Ère du renouveau


3.0 : Chronologie
3.1 : L'Empire d'Ysdor
3.2 : Les Iles lointains
3.3 : l'Union naine
3.4 : Le Royaume de l'Aschvur
3.5 : L'Empire de Lans


Dernière édition par Nefertis le Sam 9 Jan - 22:54, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 0:06

1 : L'Ère des Dieux

1.0 : La création du monde

La légende des Quatre


Au début il n’y avait rien, ni l’espace, ni le temps n’existaient encore. Puis vinrent les Dieux, surgissant de rien donc maître de tout. Ils étaient au nombre de quatre et leur puissance avait pour seules limites celles dictées par les lois de leur volonté.
Ils planèrent longtemps dans le vide infini, appréhendant le mystère de leur propre existence. Puis quand le mystère n’en fut plus un, ils tinrent concile.
« -Je me nomme Erretar et voici où poussera toute vie, dit le premier, nous l’appellerons la Terre.
-Je me nomme Feyon et voici le feu qui animera toute vie, dit le second, le brasier qui rythmera toute vie sera le soleil et pour éclairer son absence voici les étoiles.
-Je me nomme Eya, poursuivit la troisième, voici le fluide qui nourrira la vie, l’eau.
-Je suis Varla et mon élément est l’air qui baigne toute chose, dit la dernière. »
Telles furent leurs paroles et ainsi le monde fut créé.
Ils s’observèrent, s’acceptèrent et reconnaissant l’existence des uns et des autres leur union fut consacrée par le monde nouveau né. Le fourmillement de la vie envahit tous les éléments. Les oiseaux emplirent le ciel de leurs plumes soyeuses. Des marées écailleuses se déversèrent dans la mer. La terre se fit verdoyante et éclata en floraisons printanières et le sol ombragé fut foulé d’un seul coup par des milliers de bêtes.
Les Dieux, leur œuvre achevée, s’abimèrent dans la contemplation de leur création. Passèrent les années et les siècles devant leurs yeux endormis.
Puis vint le temps où les Dieux voulurent de nouveau combler le monde. Ils créèrent quatre races à leur image douées de raison pour perpétrer et faire croitre leur pensée.
A Erretar, les nains durs comme la pierre, robuste comme le roc.
A Eya, les laryanes, douces comme l’eau, leur chant plus pur que celui de l’oiseau.
A Feyon, les flammémérites aux milles formes changeantes.
A Varla, les hommes grands, forts et vifs comme l’aigle des hauteurs planant sur les nuées.
L’harmone régna. Et de nouveau passèrent les siècles et les années. La paix s’installa, des empires naquirent et prospèrent libre du joug de la guerre, de la pauvreté, de la maladie, de la famine et de tous les autres fléaux que nous connaissons de nos jours.
C’est en ces temps bénis des Dieux que furent construits les huit têtes du dragon nain, la cité joyau d’Eliantir, le promontoire sacerdotale de Dullij et tant d’autres merveilles dont le nom même n’est aujourd’hui plus qu’un souvenir. C’est en ces temps enfuis que furent forgées d’un même métal les quatre grandes couronnes qui ornèrent les fronts royaux en cette ère de paix, symboles d’unité à jamais perdue.
L’équilibre n’est pas. Voulu ni des Dieux, ni par le néant qui engendra les dieux, l’équilibre ne peut pas être ; Ainsi la roue doit quitter son ornière, l’oisillon ne peut rester au nid, ainsi le monde ne pouvait rester parfait, il devait connaître la violence pour jouir de la paix.
Créées à l’image des Dieux, les races étaient parfaites. L’amour n’existait pas, pas plus que la haine. Tout était beauté, rien n’était beau. L’intelligence comme la sottise était inconnue. Les passions n’existaient pas.
Sur la plus haute cime, les Dieux se réunirent.
« -Nous connaissons tout, mais notre ignorance est grande, commença Varla.
-Nous appréhendons parfaitement une face d’une chose complexe mais l’autre nous échappe, continua Feyon.
-Et comment être sûr que nous connaissons la première alors ? Conclut Erretar.
Ils réfléchirent longtemps. Finalement Eya prit la parole.
« Ce que nous appelons perfection sonne maintenant comme un défaut et non comme une vertu à mes yeux. Elle nous empêche de vivre pleinement, nous restreint. Détachons nous d’elle Abandonnons la et connaissons les peines pour connaître les joies !
-Cela est juste, dirent les trois autres, ainsi soit –il. »
Les passions furent créées. L’âme des peuples et des Dieux s’embrasa, leurs esprits pareils à des miroirs prirent la profondeur d’un lac dont on ne pouvait voir le fond, l’immobilité de leurs pensées devint tempête et ouragan et même le terrain tranquille de leurs corps fut bouleversé par des pulsions nouvelles.
« -Maintenant, dit Varla, notre puissance est un danger. La perfection était unique, notre fraternité sans faille. Par contre, les passions nous animant pourront être contraires. Un affrontement entre deux puissances infinies serait notre perte à tous. Ainsi comme nous avons abandonné la perfection de nos âmes, nous devons nous départir aussi de la démesure de nos pouvoirs. Restons au dessus du commun des mortels, n'embrassons pas leur destin mais ne restons pas tout-puissants pour le bien de tous. »
Les Dieux reconnurent la sagesse des propos de leur sœur. Ils abandonnèrent leur pouvoir dans deux pierres communes, l’une garda le grisâtre du roc, l’autre pris la limpidité du cristal.
«-C’est un signe, dit la sage, laissons ici la pierre noire, je vais prendre le joyaux. Par mon pouvoir et par le sien, j’en ferai une gemme à la puissance sans limite qui gardera la sagesse dont nous nous dépouillons aujourd’hui. Elle ne pourra être utilisée que pour le bien.
-Ainsi soit-il »
Varla se retira du monde.
La sagesse et la raison furent occultées par la folie et la haine. Les empires, les races, les Dieux eux même entrèrent en guerre les uns contre les autres. Les grandes couronnes furent perdues à jamais. Les empires éclatèrent en nations adverses. Temps obscurs, première ère de chaos, c’est en ces décennies de guerre que furent forgées à l’exemple des grandes couronnes les quatre légendaires épées divines non plus symboles d’unité mais porteuses de mort.
Quand enfin Varla sortit de sa retraite tenant en son poing l’orbe d’ambre, quintessence des pouvoirs magiques, globe étincelant à l’éclat sans pareil, elle vit à ses pieds le monde horriblement défiguré, elle vit à ses pieds le monde horriblement défiguré, des armées immenses se livrant bataille, l’esprit de tous les peuples marqué par le sceau de la haine. Elle vit ses frères et sœur se combattant en un duel incommensurablement destructeur. Elle vit la folie qui consumait toute vie en un holocauste infernal.
Ses yeux s’embuèrent de larme. Un frisson la parcourut, ses mains tremblèrent. Elle lâcha l’orbe d’ambre qui vint se briser à ses pieds sur la dure pierre en huit morceaux.
Pendant quelques instants, un nouveau soleil naquit et illumina la terre supplicié. Le pouvoir gigantesque contenue dans la gemme se dispersait autour de la terre, envahissant la voute céleste.
La magie était née. Toute création était finie.

Extrait du Livre des mythes de René Chantalier.


Dernière édition par Nefertis le Lun 1 Mar - 22:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 0:19

1.1 : la prospérité

On venait de raconter la création du monde. L'auditoire encore suspendu aux lèvres du conteur attendait qu'il finisse sa bière. Après une dernière et très longue rasade ce dernier reposa sa chope vide. Il essuya d'un revers de main sa moustache et repris la où il s'était arrêter.
"Ah ça oui, cette crénom de création était bel et bien terminée. Mais le monde allait pas s'arrêter de tourner pour autant, pour sûr vous imaginez bien, il en faut un peu plus. Alors que tout le monde regardait d'un air un peu hébété le déferlement de magie absolument prodigieux, Varla reprit un peu de contenance. Elle commença par renvoyer toutes les armées dans leurs logis respectifs avec l'ordre de ne plus jamais se battre puis regarda ses frères et sa sœur un peu penauds. Elle leur dit alors : "Regardez le monde ! Regardez notre œuvre ! Et surtout, regardez la votre ! Regardez comme vous avez souillé la pureté première par vos erreurs ! Voyez l'étendue de vos fautes ! Que faire ? Que dire ? En la pierre qui fut aujourd'hui brisée reposait notre perfection perdue. Mais elle n'est plus qui nous gardera donc de commettre de nouveau les fautes que vous avez commisent ? Recueillons donc ses fragments, qu'ils deviennent l'expression de notre pouvoir d'antan et les symboles de notre pouvoir d'aujourd'hui. Que chacun de nous en prenne un et que ce fragment du passé soit nos sceaux personnels et, éternellement notre, qu'ils soient nos guides autant que nos instruments. Ce qui est fait ne peut être défait mais peut être que l'unité n'est-elle pas encore qu'un songe..."
Ainsi elle parla et ses paroles étaient justes, les trois autres dieux acquiescèrent en silence, car leur sœur avait raison. Encore une fois, ils unirent leur volonté et naquirent les quatre sceaux de pouvoir et les quatre dieux résolurent de ne plus se mêler directement de la conduite de leurs peuples.
Là où il y avait toujours eu quatre entité, s'éleva un empire unique. Mais tous ne s'entendirent pas sur la question du lieux de l'unique capitale. Certains trouvait logique que ce soit Dullij (l'actuelle Pierre-étoile), d'autres à Urmyd (l'actuelle Nosteri) d'autres encore en la citadelle de Tor Amdir. Et comme tout les efforts pour concilier tous les partis échouèrent, il fut décider de couper court au litige en créant une nouvelle ville. Le choix de l'emplacement fut laissé aux Laryanes qui seules n'avait pas proposé de capitale. Elle choisirent un grand espace sur les rives de la mer d'Ohm et sur les berges de l'Ashad. De l'autre coté du bras de mer se trouvait la ville d'Yrs. Ainsi quand la ville fut terminé et qu'il fallut lui trouver un nom, Eya dit : "Que cette ville nouvellement née se nomme également Yrs, qu'elle s'unisse à l'autre et n'en fasse qu'une comme les quatre races n'en font plus qu'une à présent."
Elle leva son sceau et un pont jaillit des flots pour unir les deux villes. Il était si long qu'il fallait trois jours pour le traverser et si large qu'on construisit une petite ville à mi-parcours. Il était de pierre mais si gracieux qu'il semblait de cristal. C'était une merveille et on venait de tous les horizons pour l'admirer ou pour le parcourir. Les deux villes d'Yrs furent appelées Yrs les jumelles et devinrent le centre du monde.On raconte qu'on pouvait devenir aveugle en la voyant pour la première fois, cette ville plus céleste que terrestre. Elle accueillit le palais aux quatre trônes où des monarques justes régnèrent longtemps, temps de prospérité, temps d'émerveillement."


Dernière édition par Nefertis le Mar 5 Jan - 18:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 0:44

1.2 : La grande guerre

« Oui mais me direz vous, si tout le monde il était beau et gentil tout plein jusqu’à la fin des temps alors pourquoi de nos temps ce serai pas pareil ? Tout simplement parce que la prospérité ne pouvait pas durer éternellement, vous savez encore cette putain d’histoire d’équilibre qui serait impossible et cette connerie de superstition qui dit que sans le malheur le bonheur ne serait plus un vrai bonheur… Je pense que vous voyez ce que je pense de toutes ces sottises !
En effet, il y avait bien des plombes et des plombes que le monde n’était plus que félicité et que tout les gens étaient plus aimable les uns que les autres que les choses se dégradèrent très rapidement. On aurait pu penser qu’après deux ou trois millénaires de paix, les races avaient trouvé un équilibre parfait ou u moins avait pris un peu le pli… et bien non. Cela commença par une broutille, les flammémérites demandèrent le droit de siéger en dehors de la capitale pour faire une assemblée administrative en la ville d’Urmyd. Les autres dirigeants refusèrent bien sûr car cela aurait été affaiblir leur pouvoir en toute cette province qui était fort riche bien qu’elle soit dominée par les déserts, en plus, s’il y a bien une astuce que les rois et empereurs ont très vite appris, c’est : « Ne donne jamais le pouvoir au peuple, si tu n’est pas sûr de pouvoir le reprendre. »
Les flammémérites acceptèrent le vote sans vraiment discuté, c’est un des aspects de la sagesse de ne pas discuter sur un point qui est déjà perdu d’avance, cela permet de combattre sur d’autres front quant l’autre parti pense avoir gagné. Ils montèrent une rébellion. Le jour J, le projet avorta, ce fut une atroce tuerie dans tout Yrs les jumelles, l’innocent coup d’Etat se transforma en un bain de sang. Ce fut une journée sombre, sombre par sa seule nature mais aussi parce qu’elle annonçait la teneur de bien des années. Il eut bien des pacifistes, quelques individus de cette curieuse espèce avait bien du naître pendant tout ce temps mais leur raisonnement de sophistes furent à peu près aussi efficace pour désamorcer l’engrenage fatal de la guerre que les battements des ailes d’un papillon contre un incendie de plaine. Les rouages inéluctables de la vengeance se mirent en branle, rien ne pouvait les arrêter. Les massacres de flammémérites eurent lieux dans les populations peuplées majoritairement des autres races alors que l’inverse était tout aussi vrai dans les lieux où la situation était contraire. C’est fou comment après quelques siècles de paix les armes ressortent vite, je pense qu’aucune race n’est faite pour la paix, ceci n’a plus besoin d’être prouvé depuis longtemps. La guerre était un peu perdue d’avance pour les flammémérites mais ils partirent tout de même bravement au suicide collectif.
Voyant quelle folie s’était emparée de leurs enfants, les dieux tinrent conseil. Il eut un os, ils ne purent se mettre d’accord sur la conduite à suivre. Erretar ne voulait absolument pas arrêter la guerre, en effet disait-il d’une part nous avons promis de ne plus interférer dans les affaires de notre progéniture et de plus les flammémérites l’ont bien mérité. Est-ce étonnant que Feyon s’insurgeait contre une telle condamnation ? Je ne sais pas, je ne crois pas mais qu’importe ; L’important est qu’alors que leurs deux sœurs gardaient prudemment une position sainement neutre, les deux frères commencèrent à s’empoigner. Il n’est pas possible à nous humains qui ne connaissons de la bataille que des rixes de tavernes et de la magie que des tours de passe-passe (n’en déplaise aux magiciens) de nous imaginer ne serait –ce que le dixième de ce combat entre deux dieux. Ce fut des assauts d’une puissance sans pareil, sombre présages des temps futurs, des explosions gigantesques, détonations fantastiques, premier duel entre deux dieux… Hélas. Après un temps indéfini de ce retour au chaos originel, tout cessa. Feyon avait disparut.
Quand il revint ce fut à la main la pierre de toute puissance que les dieux avaient laissée sur le lieu même où ils s’étaient départis de leur pouvoir absolu. Il mena ses troupes à la victoire et porta le fer en les montagnes naines. Le premier choc pris place dans une vallée dont les histoires ne retinrent que le nom Amura ou aile de l'ange en nain runique.
On ne décrira jamais assez les batailles sanglantes qui résultèrent de ce premier massacre. Le premier duel n'avait été qu'un prélude à cette horrible fugue à quatre voix. Les thèmes s'entremélaient pour former une ballade dont chaque couplet était une apologie du sang. Deux contre un seul, le combat aurait été inégal sans ce qui fut appelé alors le cinquième sceau, le sceau de toute puissance. Feyon semblait invincible et tous succombait sous ses coups ravageurs. Varla elle même entra alors dans la bataille en son poing une épée de cristal qui devint ensuite le chêne épée de Dullij. Mais même à trois contre un seul, Feyon emportait chaque bataille.
Varla, Erretar et Eya mirent donc en place un stratagème. Il réunirent toutes leurs armées en la citadelle de Tor Amdyr, centre des montagnes naines. Feyon voyant en cela une occasion d'écraser en uns unique frappe l'ensemble de ses opposants, tomba dans le piège qui lui était tendu. Au moment où les deux armées allaient s'entrechoquées et que déjà Feyon élevait le cinquième sceau pour dévaster le champ de bataille, un gong résonna. C'était un son puissant et grave dont les vibrations faisaient vibrer l'âme. Le gong était en Ereth, perdu sur un sommet de cette chaine immense de pics qu'on nomme naine à tort et en son centre, entouré de rune d'une puissance jamais égalée se trouvait enchasser le sceau d'Erretar. La magie s'éteignit. L'énergie était toujours dans l'air mais la vibration sourde du gong privait tout le monde de l'atteindre. La bataille fut rapide. Les flammémérites bien inférieurs en nombre ne purent rien faire sans l'appui du cinquième sceau.
Un conseil eu lieu sur une île lointaine et pour la première fois tout les dieux n'étaient pas égaux, Feyon était l'accusé et les autres ses juges. La compréhension d'Eya et la mansuétude de Varla eurent raison de la haine d'Erretar à l'encontre de son frère. Feyon fut absous. Mais Varla dit en regardant le cinquième sceau : "C'est de ceci que vient la vrai cause de tout les troubles, cet objet qui fruit de bien des convoitises pourrait amener au ceint de notre cercle même des dissensions. Nous ne pouvons le détruire car il est plus divin que nous mais nous pouvons faire en sorte que nul dorénavant ne s'en serve." Elle étendu le bras et un amalgame de lumière apparu. C'était un phénix, pure création de la magie. Elle ajouta : "Confions à cette créature la pierre de discorde, il l'emportera aux confins du monde, là où nous ne le trouverons pas et où personne ne pourra jamais le trouver."
Le phénix se vit confié cette mission et après qu'il eut disparut, la paix pu de nouveau régner sur le monde... pour un temps."

Le conteur se tu et le silence plana longtemps dans la salle pensive.


Dernière édition par Nefertis le Ven 8 Jan - 14:58, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 0:47

1.3 : La guerre démoniaque et la dernière aurore

Un enfant brisa le silence et demanda au vieux monsieur qui était un peu essoufflé d'avoir tant parlé : "Mais, pourquoi alors ya pas de dieux. Mon papa à moi il a dit qui était parti ya très longtemps... avant mon grand-grand papa même."
Le conteur regarda le gosse avec un brin de commisération et dit : "C'est une très longue histoire ce que tu me demandes mon petit... Je ne sais pas si..." Il s'interrompit pour laisser un instant planer la possibilité d'un refus. La salle subjuguée était toujours aussi silencieuse qu'une foule lors d'un enterrement. "Bon je vais te la conter. mais attention, ce n'est pas n'importe qu'elle histoire et peu de gens la connaisse comme je vais te la dire donc ouvre grand tes oreilles car ce sera surement la seule fois que tu l'entendras." Assez content de son petit effet, il commença après une dernière rasade de bière d'une voix lourde et ténébreuse.
"Il y a comme vous le savez tous une part de lumière et une part de ténèbre en chacun. Il n'existe nul être qui fut départis de ténèbre mais l'inverse n'est pas vrai. En effet aux limites ésotériques de ce monde il est des créatures dont le nom même est imprononçable. On les appelle les démons. Ce ne sont chez nous que des légendes mais si vous alliez en Ysdor à des milliers de lieues de cela. Vous apprendriez qu'ils sont bien réels et qu'il y a bien des personnes qui les ont déjà côtoyés et bien d'autres encore qui en sont morts. Ils sont d'une malice absolue et sont de nos jours dans une autre dimension enfermés depuis des millénaires. Mais il n'en a pas toujours été ainsi , ils n'ont pas toujours existé et ils ont été à deux doigts de faire retomber le monde dans le chaos originel ou du moins dans une ère de terreur infinie. Les dieux les en ont empêchés mais pas seulement les dieux, des personnes comme vous et moi, membres des quatre races jouèrent un rôle fondamentale dans cette épopée. L'histoire que je vais vous conter est donc, en plus d'être la dernière histoire des dieux, les premiers exploits des premiers héros. Non pas qu'il n'y en ai pas eu d'autres avant, mais ces personnes furent d'une telle bravoure qu'ils redéfinirent ce concept vieux comme la guerre. Être héros maintenant était être à l'égal des Dieux.
Commençons par le commencement, voulez-vous ? c'est toujours un bon endroit pour débuter n'importe quoi.
Après la grande guerre, les peuples et les dieux eurent le droit à un bon temps de répit. Il semblait inconcevable que le danger pour l'équilibre vienne de nouveau des races ou de leurs créateurs. Ainsi il était logique que l'équilibre était assuré. C'était sans compter Varla, elle voyait que la magie lors de la grande guerre avait été viciée. La magie réponds aux sentiments et aux pensées de chaque magicien qui peut alors la contrôler par le biais de sa volonté. Ne partons pas dans des discours techniques, je pense que vous avez compris l'essentiel. Ainsi lors du déchainement de violence de la grande, la substance même de la magie avait été brutalement modifiée. Elle n'était plus pure comme lorsque qu'elle avait jaillit l'orbe d'ambre. Elle était salie par des décennie de mort. Varla décida de remédier à cela. Sans en parler à personne, elle mit en place un gigantesque enchantement qui devait purger la magie de sa face sombre. Ce fut un échec. Primo la magie resta comme avant où presque, secundo elle se mit à exsuder de créatures sombres, complètes créations magiques malfaisantes. C'est ces créatures qu'on nomma démons.
Dès le début la guerre sembla perdue d'avance. Le nombre des démons semblait infini et ne semblait d'augmenter de jour en jour se nourrissant de la magie même. La plupart des peuples se mirent sous le joug de chaos de ces créatures. Les autres se réfugièrent dans les quelques lieux où les dieux débordés assuraient encore leur protection. Il apparut bientôt que la défaite n'était qu'une question de temps, il n'y avait qu'une seule solution possible, retrouver le cinquième sceau avant que les démons ne mettent la main dessus. Hélas, pas un dieux ne pouvait s'écarter de Dullij, dernier bastion, sans que la ville ne tombe sur le champ. Quatre personnes des quatre races furent donc désignés pour cela.
C'est la première épopée, la plus grande, on ne pourrait compter en cent années les prouesses que cette poignée de mortels fit en l'espace d'une seule année. Sachez seulement qu'il firent l'impossible et même plus et qu'ils parvinrent à mettre la main sur le cinquième sceau. Les démons furent bannis dans une autre dimension, si loin de nous que l'espace ni le temps ne veulent rien dire pour mesurer cette distance.
Les dieux prirent la décision de ne plus interférer dans les décisions des mortels. Ils ouvrirent une autre dimension, c'était la porte des morts. Ils y entrèrent, pleinement vivant et c'est de là maintenant qu'ils nous observent. Ils ne punissent pas sur cette Terre mais les vils ont l'éternité pour regretter leur vie passée une fois la porte franchie.
Souvenez vous en !"


Dernière édition par Nefertis le Sam 16 Jan - 15:26, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 0:53

2 : L'Ère des héros, l'âge obscur

2.1 : Les royaumes oubliés ou la chute d'une nation


Dernière édition par Nefertis le Mar 5 Jan - 18:59, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 0:56

2.2 : Ylfannel le tueur de dragons

La légende de l'épée du premier Empereur

De tous les hommes, parmis les plus braves, un seul mérite que son nom soit scandé à l’égal d’une légende, le seul qui reçut son arme d’Erretar, sa force de Feyon, sa grâce d’Eya et sa sagesse de Varla fut Ylfannel de Pierre-Etoile le tueur de dragons. Héros de son ère, légende de nos jours, Ylfannel fut le seul qui réussit l’exploit impossible de combattre et de défaire à lui seul la race des dragons.
Ces créatures semaient la terreur par leur grandeur, le respect par leur sagesse. Ils savaient reconnaître leur puissance comme leurs faiblesse, ainsi que celles de leurs adversaires. Ils étaient au nombre de cent quand ils constatèrent qu’ils étaient supérieurs à toutes les races réunies. Ils mirent l’empire à feu et à sang, décimant les armées une à une, rasant les glorieuses citées naines. Puis, les dragons s’envolèrent vers l’empire d’Ysdor et lui fit subir le même sort. Un nouvel ordre naquit, un empire qui s'étendait d'Ouest en Est, de la mer à l'océan lointain, un empire dont le dragon rouge Etranef était l'empereur.

Il en fut ainsi durant 309 années.
Quand les dieux furent oubliés, quand nuls ne pensaient plus à se rebeller, Ylfannel naquit. Il n’était pas comme les autres : déjà dans sa jeunesse, il ne rendait pas hommage aux dragons et refusaient de donner les offrandes. Tout le monde dans son village le savait, mais personne n’y prêtait attention. Qui aurait cru de toute manière, qu’un simple homme comme Ylfannel puisse avoir une seule chance face à un dragon ?
Ylfannel lui-même n’avait pas cette prétention. Mais sa vision du monde changea le jour de ses 23 ans.
Quand il rêvait, il rêvait toujours de quatre silhouettes de brume. Mais ce jour-ci, les formes étaient distinctes.
-Je suis Erretar, dieu des nains et de la terre. Voici ton arme, dit le premier en désignant une épée plantée dans le sol devant Ylfannel. Elle est faite d’Ereth, le métal indestructible. Elle te permettra de combattre n’importe quel adversaire.
-Je suis Feyon, dieu du feu et des flammémérites. Je te donne la force qui fera de toi l’homme le plus puissant du monde, dit le second.
-Je me nomme Eya, je suis la déesse de l’eau et des laryannes. A toi, Ylfannel, je t’offre la grâce, afin que tu sois plus rapide que la plus vive des laryannes.
-Mon nom est Varla, déesse de l’air, créatrice des hommes, murmura la dernière. Je te fais don de la sagesse et du savoir.
-Ylfannel, nous t’avons choisis ! Reprirent-ils tous en même temps. C’est pourquoi nous te confions une mission : va à Pierre-étoile, sur le promontoire, et défie l’empereur Etranef ! Au cours de ce combat, tu le tueras. Trempe alors ta lame dans son sang, puis part vers les montagnes naines ; c’est sur la montagne du gong d’Ereth que tout se terminera. Pour la lumière ou pour les ténèbres, tu gagneras ces combats.
-Rappelle-toi Ylfannel, tu es l’élu des dieux, dit Erretar.
-Tu es le dernier espoir des quatre races, rajouta Feyon.
-Tu ne dois pas faillir, dit Eya.
-Prend l’épée et pars ! Conclu Varla.
Ylfannel n’hésita pas. A peine sa main se fut-elle refermée sur la poignée de l’épée qu’il reçut les dons divins de plein fouet.

Quand il se réveillât, il tenait l’épée d’Ereth. Quittant logis et famille, Ylfannel se dirigea vers Pierre-étoile. Arrivé au sommet du promontoire, la voix des dieux le guida. Levant son épée, de sa voix grave et terrible, il appela Etranef. Le rugissement du dragon lui répondit.
-Qui es-tu, toi, mortel, qui ose me défier ?
-Je suis Ylfannel ! Répondit-il. Mon arme est ma foi et mon épée ta mort !
-Prétentieux ! Cria Etranef avec colère. Ton ego n’a d’égal que ta faiblesse !
Il leva son immense patte avant de l’abattre sur Ylfannel. Gardant son calme et son sang froid, l’homme se contenta de tendre son bras au dessus de sa tête. Une des griffes fut tranchée. Il fit un saut sur le côté pour éviter l’impact, puis planta l’épée d’Ereth jusqu’à la garde à travers les écailles. Il retira sa lame aussitôt. Il éclata de rire quand le dragon poussa un hurlement de douleur. Etranef cracha un immense jet de feu. Ylfannel disparu dans le nuage de chaleur. Mais quand tout se dissipa, il était encore debout, l’épée sur son épaule. Défiant chacune des forces terrestres, repoussant l'impossible, Ylfannel sauta. Arrivé à la hauteur de la tête du dragon, il tendit le bras, puis abattit la lame.
Le sang gicla. Tandis que le héros atterrissait avec souplesse sur le sol, le corps d'Etranef, vidé de toute vie, tomba. Le choc ébranla le promontoire, mais Ylfannel ne cilla même pas. Obéissant à la voix sacrée, il trempa sa lame dans le sang de son adversaire.
- Peuple de Pierre-étoile ! cria-t-il. Aujourd'hui est le jour où le joug des dragons n'est plus !

Puis, sans faire une seule pause, il s'élança vers la montagne du Gong. Sur sa route, il croisa beaucoup de dragons cherchant la gloire par son meurtre, mais il sortit vainqueur de
chacun des affrontements. Enfin, il arriva à la montagne tant évoquée...
Là l'attendaient les dragons, tous, sans exception. Même les plus faibles s'étaient mobilisés pour combattre le héros. Ylfannel les combattit tous en même temps, et à aucun moment son bras ne faiblit. Son épée d'Ereth tranchait têtes, membres, crocs, griffes, et lui permettait de les occire tous. Le combat dura deux jours et deux nuits. Mais quand l'aube venait à poindre, alors qu'il ne restait plus qu'un dragon, Ylfannel tomba. Le dernier dragon le domina de toute sa hauteur avant de lancer au loin la lame sacrée. Il posa sa longue griffe sur la poitrine de l'homme puis murmura :
-Petit homme, tu as tué les miens, tu as brisé notre rêve... Je vais briser ta vie. Je suis le dernier de ma race, désormais. Je suis un mâle. Notre race ne peut se renouveler. Tu es tombé car ta tâche en ce monde était terminée...
Le sang gicla, mais on ne le vit pas, car il y en avait tellement déjà sur le sol...

Les dieux avaient libéré leurs peuples des dragons, et le dernier, nommé Sraec, se retira du monde des hommes. On l'aperçoit parfois dans les montagnes naines, mais d'une façon si fugitive qu'on se demande si l'on a pas rêvé. Il emporta avec lui l'épée d'Ereth, et malgré toutes ses tentatives de la détruire, il n'y réussit pas. Peut-être qu'un jour un autre homme la trouvera, et que les dragons cesseront d'exister, mais ce jour ci sera l'origine d'une toute autre histoire...

Texte écrit par Zith Saesne


Dernière édition par Nefertis le Mar 5 Jan - 18:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 15:23

2.3 : La famille Saesne

Le déclin des Flammémérites

Ce tome portera exclusivement sur le déclin des flammémérites, fortement liés à la famille Saesne. Cette famille est aujourd'hui éteinte, mais cela n'enlève rien à son prestige. C'est une famille qui m'a beaucoup intrigué tout au long de ma recherche sur les flammémérites, aussi ais-je pris la peine de déchiffrer en entier l'autobiographie de Moelgal Saesne, qui vécut à peut près dans les années -1000 avant Lans.
C'était une époque où les flammémérites vivaient encore au grand jour. Moelgal était alors le chef de sa famille. Les Saesne ont toujours été des assassins aussi doués que craints, et vivaient en maître dans Pierre-étoile. Ces êtres d'exceptions se distinguaient entre eux par une bague vert symbolisant un serpent se mordant la queue : c'était leur emblème. Les flammémérites les plus vieux se métamorphosaient en cet animal.
Mais il eût une année particulière, en ces temps reculés : les Stelans, de Faraise et de Deneb, entrèrent en guerre avec les Saesne. Moelgal raconte dans son carnet que cette guerre commença par une hécatombe :

Sans raison apparentes, les Stelans assassinèrent vingt des notre partis en mission à Vega, cinq de nos doyens, et cinq serpents. Nous répondîmes à cet affront par le sang : nous organisâmes des meurtres et de Stelans, et de toutes les autres familles que ces chiens protégeaient : je me chargeais moi même, avec Aziraz et ma grand-mère de tuer celui qu'ils nomment "chef" ; les Saesne de l'empire d'Ysdor massacrèrent une partie des Edierta, les Maganor moururent sous nos coups, et des habitants de Deneb trouvèrent la mort par morsure. C'était notre réponse.

La vengeance des Saesne ne fut pas sans conséquences : les Stelans étaient des gens influents, avec des alliés puissants : les Kaos de Kaol attaquèrent Pierre-étoile par la mer, attaque qui fut difficilement repoussée. Les flammémérites des collines chosirent le camp le plus puissant, celui des Stelans. Seuls les flammémérites de Nosteri se joignirent aux Saesne dans cette guerre...
Mais le résultat était évident :

Malgrés tous nos efforts, il faut se rendre compte de l'évidence : nous avons perdu la guerre. Déjà des bagues ont été brisées...

Moelgal et sa fille furent les seuls à réussir à s'enfuir jusqu'à Nosteri, et les autres flammémérites alliés leur offrirent asile et logis. C'est dans ce lieu que Maëlle Saesne grandit, animée par la rage et sa soif de vengeance. Quand son pre se transforma, elle retourna à Pierre-étoile avec quelques flammémérites de Nosteri, et chercha longuement d'autres Saesne : quelques un au moins avaient survécus, c'était certain. Etrangemment, les Stelans avaient perdus de l'influence : ils étaient en guerre contre ceux des Collines, et avaient perdus l'appui des Kaos. La guerre se continua jusqu'à épuisement des deux familles.

Alors,écrit Maëlle Saesne, nous réunïmes tous les Saesne, et sans laisser aux Stelans une seule minute de répis, nous les attaquâmes. Leur force était l'épée, la notre était l'ombre. Ils étaient mariés à la traitrise, notre épouse était la mort. Ils étaient las et fatigués de la guerre, nous étions remplis d'une colère sans limite.
Ne jamais provoquer un Saesne, jamais. C'est quand on le croit mort qu'il se relève pour vous tuer...

Les Stelans étaient vaincus.

Mais tandis que la famille Saesne se relevait péniblement et glorieusement, les Kaos s'emparèrent de Pierre-étoile, d'Alter, de Vega et de Deneb, avant d'êtres repoussés, cette fois-ci par les hommes. Maëlle était la seule Saesne, désormais. Elle transmit la race des flammémérites sur quelques générations, avant que la famille s'éteigne.

C'est ainsi que les flammémérites tombèrent dans le déclin.

Gerfeld Sagnary, grand prêtre de Feyon de 402 à 425.
Légendes des Flammémérites, Introduction Tome III
Spoiler:
 
Texte écrit par Zith Saesne


Dernière édition par Nefertis le Sam 9 Jan - 21:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 15:24

3 : L'Ère du renouveau

3.0 : Chronologie

De la naissance de Lans premier du nom aux temps actuels.

  • I. La création l'empire de Lans


-30 : Naissance de Lans Aldel fils de Philipe Aldel, seigneur de Pierre-étoile
-13 : Lans Aldel succède à son père
-12 Vega déclare la guerre à Pierre-étoile
-11 à -8 Prise de Vega
-8 Tension politiques entre Pierre-étoile et Deneb. Deneb s'allie à Faraise
-8 à -2 Mariage de Lans Aldel et Adeline du Lac fille du comte de Borlac.
-2 Guerre des Collines entre Pierre-étoile et Deneb
0 Ralliement d'Alter à Pierre-étoile, couronnement de Lans I comme roi de Pierre-étoile
5 à 15 Grande conquête du Nord, Fondationde Fair
16 L'Ashvur acquiert le titre de province, partiellement indépendantes.
17 Prise de Sarath par Pierre-étoile
17-19 Guerre contre les îles lointains (18 : bataille de la baie de Pelton, grand échecpour Lans I)
19 Armistice. Perte de Sarath pour Pierre-étoile.
20-33 Conquête de ce qui sera nommé plus tard la province d'Estrion
34 Conquête des trois Duchés
35-37 Guerres Naines
38 retrait de toutes les enclaves naines en dehors des montagnes naines
39 Lans I Couronné empereur de "l'empire de Lans"
40 Nimest se joint à l'empire comme province indépendante : l'archiduché de Nimest. Ceci suite à la prise de Luscion par l'alliance des 15 citées
41-45 Siège de Nosteri

  • II Mort de Lans et ses conséquences


15 Septembre 43 : Lans I est tué sous les murs de Nosteri
10 octobre 43 : Assassinat de Lans II à Pierre-étoile, petit fils de Lans I et héritier légitime du trône
21 octobre 43 : Assassinat du dernier héritier direct de Lans, quatorzième prétendant au trône.
28 octobre 43 : Sacre de Rhuteber I, neveu par alliance de Lans
45 : Coup d'état par Ferel, général des armées de Pierre-étoile envoyées à Nosteri.
46 : Division de l'empire de Lans en 4 états : Lans, l'Ashvur, l'Estrion et Nimest

  • III Les guerre pour le contrôle du continent


102 Lans s'allie avec l'Ashvur contre l'Estrion
107 L'Ashvur trahie Lans, prise de Pierre-étoile par mer. Lans capitule, les duchés de Naneron, Sarath et Netchée font secession et déclarent la guerre à l'Ashvur.
123 Après une guerre sans bataille, l'Ashvur fait la paix avec les trois duchés et déclare la guerre à l'alliance Naine (siège des citadelles naines jusqu'en 150)
150 Soulèvement de l'ex royaume de Lans. Couronnement de Lans III. Les Trois Duchés jurent fidélité à Lans III
160 Commencement des reconstitutions de l'empire de Lans, alliance Lans-nains.
272 Conquête des îles Lointains par l'empire de Lans
291 Reconquête de l'Archiduché de Nimest
326 Assassinat de l'empereur et de tous ses héritiers, le gouverneur de Vega monte au trône.
326-412 Durant cette période, 52 empereur se succèdent.
412 Ysdor déclare la guerre à Lans
414 Les Nains font un pacte de non-agression avec Ysdor
418-424 Siège de Deneb, puis Deneb est rasée
430 prise de Pierre-étoile. L'empereur fuit à Apir. Le royaume de l'Ashvur redevient indépendant ainsi que les îles Lointains.
18 Juin 430 Athéorl le fou invoque un démon de feu dans Nosteri. La capitale est rasée. Rappel des armées d'occpation.
431 Bataille des 20 000 victoire d'Ysdor contre LE demon de sang.
430-431 Soulèvement des provinces conquises.
432 Réhabilitation de l'empereur dans Pierre-étoile
435-470 Reconstitution
470-475 Soulèvement de la province d'Eestrion, révolte réprimée.

Et pour vous retrouver un peu dans tous ces noms :

Spoiler:
 


Dernière édition par Nefertis le Sam 9 Jan - 22:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 15:29

3.1 : L'Empire d'Ysdor

Les présentations des différentes entités politiques du monde se feront en quatre étapes:
-histoire (brève)
-Politique
-Armée
-Économie
-Spécificité culturel.

Appelé anciennement Alliance des quinze Citées, Ysdor est devenu un empire après le coup d'Etat en 408 du général Abdora. Sa capitale a été de tout temps Nosteri qui était jusqu'en 430 la plus grande ville du monde.

Ysdor bien qu'étant un empire est constitué de provinces assez indépendantes qui sont d'ailleurs depuis 430 en guerre civile à peu près perpétuelle. Le climat politique est donc plutôt malsain même si les conflits semblent se raréfier et ne plus toucher le bas peuple... en gros on s'assassine entre bonne gens au lieu de mêler ça avec des massacres de plèbe !

La grandeur de l'armée de l'Empire d'Ysdor tient surtout de sa cavalerie exceptionnelle. Les purs sang de Komo sont réputés comme les meilleurs du monde. La flotte d'Ysdor est réputée comme exceptionnellement peu fonctionnelle. Mais depuis une dizaine d'année quelques déboires lors de la guerre civile tendent à moderniser cette relique de l'ancien temps, cet amas de bateaux archaïque

Le territoire de l'Empire d'Ysdor est majoritairement couvert de désert. La plus grande partie de la population est donc concentrée sur les littoraux où la pèche est une véritable institution... tout comme le meurtre et le vol. La richesse des contrées désertiques quant à elle vient surtout des mines de joyaux et de sel où s'échinent des milliers d'esclaves.

La population d'Ysdor même si c'est là qu'il y a le plus de démonistes ou peut être justement pour cette raison considère les adeptes du culte des démons comme de bons combustibles pour les bûchers.


Dernière édition par Nefertis le Sam 9 Jan - 15:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 15:29

3.2 : Les Iles Lointains

Les Iles Lointains étaient auparavant considérés comme le bout du monde. Elles ont participé à plusieurs guerres avec ou contre les différentes nations du continent. La grande bataille de Pelton en 18 leur assure pendant plus de deux siècles la mainmise sur l'océan d'Ohm. Suprématie contestée en 272, lorsqu'elles sont définitivement rattachées à l'empire de Lans. Néanmoins cette province fort éloignée garde une indépendance culturelle farouche.

Divisé en trois grandes provinces qui reprennent les noms des trois villes principales, les Iles lointains ont une stabilité politique exemplaire depuis la révolte de 410.

L'armée des Iles Lointains en raison de sa nature géographique est composée des meilleurs navires du monde. Les maîtres charpentiers de cet archipels sont tellement prisés qu'ils seraient surement employé dans le monde entier s'ils n'étaient pas dotés aussi d'un chauvinisme invétéré.

Les Iles lointains reposent presque exclusivement sur la pèche et sur l'exploitation des grandes forêts de conifères des environs de Pelton. Les habitants d'antan vivaient du piratages et du pillage mais à part de rares pirates qui se terrent dans les récifs de l'archipel la tendance est au pacifisme.


Dernière édition par Nefertis le Sam 9 Jan - 20:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 15:29

3.3 : L'Union naine

L'Union est depuis bien des siècles sur le déclin mais sa force tant au niveau politique que militaire reste conséquente. L'alliance naine possédait auparavant (avant le rêgne de Lans qui marque la fin de leur apogée) de nombreuses colonies dans les différents massifs montagneux mais aussi dans les autres régions du globe. Mais la venue de Lans a tout changé, arrétant son expansion l'Union nains commença une lente chute. Elle perdit successivement toutes ses possessions se limitant bientôt à son centre historique, les "huit têtes du dragon nain". Un ensemble de huit forteresses reliés par un réseau de tunnel et de chemin de crêtes. A ces huit forteresses réputées comme imprenables s'ajoutent bien sûr un ensemble de villages ou de forteresses secondaires ainsi que des paturages en hauteurs.

Le système politique nain est basé sur un concept de clan. Les seigneurs de clan siège chaque année dans la citadelle de Tor Amdir, il n'y a pas de roi même si le seigneur de Tor Amdir a un rôle plus que primordial dans la politique naine.

Les nains ont longtemps été réputés comme les meilleurs guerriers au monde. Ils sont infatiguables à la marche comme au combat. Sont réputés aussi leurs engins de sièges, catapultes et trébuchets et autres engins de mort. Les ingénieurs nains sont le plus souvent des naines qui de nature fluette sont plus délicates que leurs homologues masculins.

C'est bien connue les mines naines sont les plus riches, les mineurs nains les meilleurs et pour ceux qui est du minerai extrait ou des joyaux extirpés des profondeurs, les naisn sont encore les meilleurs pour les sertir, les forger et tout plein d'autres choses comme ça.

Les nains ont deux passions en dehors de la forge et de la mine, l'honneur et la vengeance, n'offenser jamais un nain, ce serait à coup sûr se mettre un duel sur le dos et surement avoir de façon prématuré des obsèques.


Dernière édition par Nefertis le Sam 9 Jan - 21:52, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Lun 28 Déc - 15:30

3.4 : Le Royaume de l'Aschvur

L'Aschvur veut dire grand nord en ancien lançois et en effet c'est là que se trouve l'Aschvur. Ces provinces étaient auparavant peuplée de barbares (ou plutôt de personne que les lançois considérèrent comme tel) organisé en peuplades unies seulement autour d'une culture commune. Leur culte était out de même apparenté aux quatre mais leurs rites étranges valu à ces tendances le titre d'hérétiques et furent éradiquées. La capitale fut fondée par Lans en l'an 15 de son règne.

L'Aschvur à part pendant la guerre de 107 à 150 a toujours eu des relations amicales avec l'Empire de Lans. Sa stabilité politique n'est plus à démontrer et on dit même : "heureux comme on peut l'être au nord"... c'est vous dire !

Bien que n'ayant pas connu de guerre depuis longtemps l'Aschvur garde une armée professionelle dont les carrés de piquiers hantent les cauchemars des généraux des autres nations.

En l'Aschvur, on trouve des fourrures, de l'ambre, de l'argent en quantité, quelques bon filon de fer, les eaux sont assez peu poissonneuses par contre la chasse aux phoques est pratiquée du coté de Flaonensaur (appelée plus lyriquement, "le trou du cu du monde" soit dit en passant).

Il fait bon vivre là bas. Les gens sont aimables quoiqu'un peu froid aux premiers abords.


Dernière édition par Nefertis le Sam 9 Jan - 22:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Nefertis
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoire   Sam 9 Jan - 23:03

3.5 : L'Empire de Lans

L'Empire de Lans a une longue histoire et même s'il n'est pas aujourd'hui au sommet de sa gloire, il est tout de même une voire la plus grande des plus grandes puissances politiques du monde.L'empire se veut dans la lignée du mythique empire des hommes qui régna un siècle durant après la dernière aube et le départ des dieux, mais si sa force est considérable, il n'a rien du brillant du mythe de son modèle.

L'empereur qui y règne est Jalvane IV, un empereur d'une lignée droite et juste, un homme qui présente autant de qualité que ses prédécesseurs. Il n'y a que peu de troubles politiques dans Lans. La guerre civile d'Estrion en 470 est encore dans tout les esprits mais le souvenir des massacres qui en ont découlé ne peuvent que conforter la tranquillité du pouvoir impérial.

L'armée de l'Empire est crainte autant que la fureur de la tempête. C'est une armée de professionnels vétérans pour la plupart des batailles de l'archi-duché de Nimest en 490. Les divisions en Estrion sur la frontière entre Lans et les Royaumes Oubliés on appris à craindre les Laryanes et sont rompus à l'art de l'escarmouche... car si les laryanes sont voilées de mystère quant à leur véritable nature, leurs lames et leurs flèches, elles, ne le sont pas.

L'économie de l'Empire de Lans est plus que florissante. Ayant noué de très fortes relations commerciales avec l'Aschvur et Ysdor, Lans s'enrichit fortement grâce à la paix. Le triangle d'or est le cœur économique de Lans et les villes de Deneb, Vega et Pierre étoile bénéficient particulièrement de la prospérité de l'Empire.

Les Lançois sont particulièrement fervents pratiquants du culte des quatre. La population est évidemment majoritairement rurale bien que la population urbaine augmente fortement depuis bientôt un demi-siècle.


Revenir en haut Aller en bas
http://pierre-etoile.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les contrées de Pierre-Etoile :: Administration :: Règlement :: Histoire et Carte-
Sauter vers: