Suis ta destiné dans le Triangle d'Or et la ville-joyau : Pierre-étoile !
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shadow [humain]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shadow
Mage
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 12/02/2010

MessageSujet: Shadow [humain]   Ven 12 Fév - 14:22

Nom : Elrian
Prénom : Shadow
Sexe : Masculin
Age : 18 ans
Classe : Mage
Description physique : Il vous suffit d'un regard pour remarquer les cheveux de Shadow. Ils ne sont pas très discrets, avouons le. Ils ont un couleur rouge très... flash, ressemblant au sang (non séché), ou au feu. En plus de ça, il faut préciser qu'il n'a pas trouvé mieux de les faire longs, si bien qu'ils arrivent à peut près au bas de ses omoplates. Au second regard, on remarque que Shadow n'est pas un guerrier, ni un paysan : il n'a pas de cales sur les doigts, ni de cicatrices. Il a un air soigné et propre, qui lui fait un peu ressembler aux Bourges des grandes villes. On peut trouver qu'il ne se prend pas pour de la merde, car il a toujours un air un peu hautain et réservé.
A part ça, il a une taille normale, avec une musculature normale, en bref, tout d'un type normal, excepté qu'il n'a aucune cicatrices. Il possède des doigts fins et effilés. On voit tout de suite qu'ils ne sont pas habitués à tenir une épée.
Il porte tout le temps des vêtements noirs, manche longue et pantalon quelque soit la température.

Description mentale : Bien qu'il n'ai jamais été confronté à des situations vraiment dangereuses et effrayantes (sauf dans sa tendre endance), en toute circonstances, Shadow reste calme. Il doit cela à son éducation de mage : il a passé la moitié de sa vie penchée sur des bouquins, ou à pratiquer de la magie dans la haute tour de Vega, donc aucun contact avec le monde extérieur depuis qu'il a dix ans. Cela fait de lui quelqu'un de très peu social, assez prudent. Il peut parraitre renfermé sur lui même. Il peut être également émerveillé par ce qu'il voit du monde, n'aillant jamais eu le temps de l'explorer avant.
Ses connaissances sont énormes. On peut facilement le confondre avec un érudit, bien qu'il n'atteint pas le niveau de culture d'un silencieux en milieu de vie. Pourtant, il n'aime "étaler" sa science devant les autres. Il se contente de faire des réflexions pour soit même.

Histoire : L'histoire... Est un peu zarb... Vous me dites si vous voulez que je fasse ça d'une autre manière !

Un homme rentre dans la pièce. Il porte un enfant dans ses bras. Quel âge–t-il ? On dirait un nouveau né. L’homme s’agenouille, puis dit :
« Toi, Ishan le devin. Dis moi ce que le destin a donné pour mon fils, Gabriel. Sa mère est morte en acouchant.»
Une silhouette se détache de l’ombre. C’est Ishan. Sans un mot, il pose ses deux mains sur le front du bébé. Silence, puis :
« Le veux-tu vraiment ?
-Oui. »

De nouveau, il y a un silence. Ishan ferme les yeux, puis dit d’une voix claire :
« Son père mourra. »


Deneb. Les meurtres étaient le quotidien de cette ville. Dans cette ruelle, le combat n’avait duré que quelques secondes. L’homme était désarmé. Ça avait été une vraie boucherie. Déjà, les assassins partaient. Un enfant se penche sur le cadavre. Ses cheveux semblaient de feu, ou de sang.

« Comme est ce possible ? Comment vais-je mourir ? Pourquoi ?
-Lui non plus ne le comprendra pas. Mais ne t’inquiète pas pour Gabriel, il ne sera pas seul. »

« Sa sœur prendra soin de lui »

Une main se posa sur l’épaule de l’enfant.
« Viens, Gabriel, il faut partir.
-Pourquoi est-il mort ?Layanelle, pourquoi ?
-Gabriel…Suis-moi. »

L’enfant la suivit.
« Il aura trois ans ce jour là. »



« Est ce que… Est ce qu’il sera heureux ?
Ishan posa un regard dur sur l’homme :
« Non. »
« Le destin va s’acharner. »
« Un jour, sa sœur devra partir, sans lui. »

« Gabriel… » Dit-elle. « Pardonne moi. Je dois… Je dois partir.
-Pourquoi ? »
Demanda l’enfant, en plantant son regard gris sombre sur sa sœur. « Tu vas revenir, n’est ce pas ?
-Je ne sais pas… Non, je ne peux pas. »



« Il va… mourir ?
-Non. »

« On prendra soin de lui. »
« Il vivra comme tout enfant des rues, volant pour vivre… »
« Mais jamais il ne tuera. »
« Mais toute personne qui l’aidera mourra. »
« Et cela toujours de la même manière. »

« Leufann !
- Yes, Gab ? »
S’écria Leufann.
- Tu es revenu ! » Dit Gabriel, joyeux. Il s’élança vers l’homme. Leufann lui ébouriffa joyeusement les cheveux.
- Eh oui, mon petit Gaby ! Regarde ce que je t’ai apporté pour ton anniversaire ! Car tu as dix ans aujourd’hui ! »
Il tendit un petit paquet à l’enfant qui le saisit avec une hésitation. Il commença à le déballer. Il regarda ce que c’était, puis sauta au coup de Leufann.
« Merci !
-De rien mon petit bonhomme ! Tiens, je te l’accroche. »

Avec délicatesse, Leunfann prit le collier qu’il avait offert à Gabriel, puis l’attacha soigneusement.
« La chaîne est en acier. C’est quelque chose qui ne risque pas de casser.
-Et ça représente quoi ?
- C’est… un porte-bonheur de ma famille, son animal était le tigre. A la base, c’est une bague, mais porte le toujours en collier, tu vas le perdre, sinon.
-Leufann, c’est à toi ! C’est TA famille !
- C’est tout ce qui me reste d’elle. Tu en auras plus besoin de moi. »

Leufann regarda derrière lui, et paru entendre quelque chose, comme des pas de course.
« Gaby… Vas-t-en !
- Quoi ?
- Pars !
-Mais…
-Non. Attend… Cache toi dans ce derrière cette caisse… Et ne sort… Quand je serais seul !
-Mais…
-Il n’y a pas de « mais » ! Obéis ! Et surtout, quoi qu’il advienne… Ne fais pas de bruit !
-Leufann... »

Leufann se retourna, et Gabriel compris qu’il devait se cacher. Leudann fit quelques pas en direction de la porte de l’espèce de cave, et celle-ci s’ouvrit. Trois hommes entrèrent. Gabriel du réprimer un petit cri d’effroi : les hommes avaient des armes.
Quelques secondes à peine plus tard, Leufann poussa un cri de douleur.
Ne hurle pas Gabriel…
« Où est le gosse ? » Demanda l’un des assassins d’une voix glaciale.
« Je ne sais pas. Caché quelque part par là ? En tout cas, il n’est pas sortit d’ici. »
Gabriel sut à ce moment là qu’ils allaient vers lui. Sa main comprima la bague en forme de tigre. Les pas semblaient se rapprocher…Deux visages lui apparurent : celui de Layaen, et celui de Leufann. Tout commença à disparaître autour de lui, sauf ces deux visages… Pourtant, il entendait les respirations des hommes qui étaient tout proches maintenant…
« Non, il est pas là.
- Fais ch’…On a beau tuer son père, sa sœur et son ami, il nous échappe toujours...
-J’sais pas vous, mais j’crois qu’on va se faire engueuler… »

Pourquoi ne le voyaient-ils pas ? Ce n’est qu’après qu’il se rendit compte que c’était comme si l’ombre l’avait envellopé…Non, ce n’était pas ça. C’est lui qui voulait que l’ombre soit autour de lui. Vaguement, il entendit les pas s’éloigner. L’ombre se retira.
Il sombra dans un sommeil sans rêve, soudain trop fatigué pour rester éveiller. Plus rien n’existait pour lui… sauf peut-être ces deux visages.


« Pourquoi ceci ? Que va-t-il se passer ensuite ? »
« Une femme passe, regarde l’enfant, lui parle… »

Il avait froid. La neige commençait à tomber, et depuis la mort de Leufann, il n’avait pas réussit à retourner dans la cave… Il avait trop peur…
« Eh, gamin… » dit une femme en se penchant sur lui.
Il leva la tête.
« J’y crois pas… » Continue-t-elle. « Me dis pas que t’as le Don ? »

« …Et l’emmène avec elle chez-elle, à Vega. »
« C’est sans doute la meilleure chose qui va arriver à cet enfant : »
« Cette personne, c’est la femme du mage de la tour. »

« Cléya ? Tu dis que ce gosse pourrait être mon apprenti ?
- Arnigal, c’est un Mage. Je le sais, tu le sais. Il est peut-être doué ! Regarde son collier ! Tu sais à quelle famille il appartient. Il doit avoir le don, c’est forcé.»

Le mage sembla hésiter. Il ne semblait pas convaincu.
« Ton amour des autres te perdras, ma femme… Alors, petit, comment t-apelles tu ? »
L’enfant le regarda d’un air étrange…Son nom ? Quel était son nom ? Il ne se souvenait que de deux noms : Layanelle, et Leufann. Mais il n’était aucune des ces personnes. Alors… Qui était-il ? La dernière chose dont il se souvenait était… de l’ombre. L’ombre qui l’avait engloutit.
« Je… ne sais pas…
-Tu ne sais pas ? »
Dit Arnigal en haussant les un sourcil. « Eh bien… Y’a-t-il quelque chose que tu aimes bien ?
- L’ombre… »
Murmura-t-il.
« Ombre ? Dans ce cas, tu t’appelleras Shadow. »

« Il deviendra l’apprenti du Mage. »
« On le renommera : il sera Shadow. »
« Il recevra la formation, et se révèlera doué. Extrêmement doué. »
« Huit ans plus tard, il partira de Vega… »

Ishan se tait. Il enlève ses mains du front du bébé.
« Est-ce tout ? » Questionna le père.
« Après… Tout est flou… C’est comme si tout s’arrêtait à ce moment là.
- Il mourra ?
- Je… non. »

Le père eu un sourire…
« Eh bien… Bonne chance à toi, Shadow… »

Shadow avait regagné les plaines de Deneb. Le soleil se couchait à l’horizon…Il entendit quelqu’un parler. Comme une promesse de courage. Une bénédiction ? Tout comme… C’était comme si soudain, le chemin cessait d’être tout tracé. Il était enfin… Lui-même.


Comment avez vous découvert le forum ? bah... Comme je suis Zith alooors...
Qu'en pensez vous ? Rien à dire xDD Bakka idiot !
Avez vous des remarques à faire pour l'améliorer ? non ! il est parfait xDDD
Avez vous lu le réglement ? OK by Zith


Accepter sa propre ombre et renier la lumière
Revenir en haut Aller en bas
 
Shadow [humain]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mineur humain pour warhammer jdr
» Meilleur Rpiste Humain
» Recherche open : Fire & Shadow
» Shaiya Shadow
» Mystic Shadow'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les contrées de Pierre-Etoile :: Administration :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: